L’image du souvenir est multiple. Elle englobe une pluralité d’évocations, de sensations et donc de figurations.

C’est en quelque sorte, une imagination reproductive. Pourquoi est ce donc si important de se remémorer le passé ? « Parce qu’il permet de saisir une certaine continuité du moi » (Virginia Woolf)

Les plasticiennes telles que Laurance Demaison (Saut d’humeur) et Francesca Woodman ont influencé mon travail par leurs traitements d’images évanescentes, le choix du sujet (l’autoportrait), l’effet de série qui se traduisent par les sensations. Leur intimité.